Menu

Derniers billets

thumb_large
280816
Fragile transparence d’offrande et d’échappée, tôt chassée par ces paroles et gestes inquiets du lest. Fragile transparence d’offrande et d’échappée, tôt [...]
Rothko-1968
190816
On ne sait pas quand on a passé la frontière, d’un coup fouetté par l’air plus vif plus doux, d’un coup on la devine franchie depuis [...]
Leon-Francois-Benouville-1847_détail
80816
Pour un regard. Un regard dévoré d’horizon. Sillonné de présages qui le traversent et scintillent, se perdent et rejoignent quelque insondable [...]
IMGP2680-002
Sarments 20-22
XX Tu te dresses, minuscule et nue – orbites et rondes élémentaires s’inversent entraînant le pivot du regard – tu te dresses, minuscule et nue, entre la [...]
man-with-a-guitar-1911
100816
La parole s’est effritée. Errent les voix disjointes. Une phrase se fraie un chemin parmi les éboulis, quatre ou cinq mots en enfilade, puis [...]
Paul Gauguin
30816
« Ô toi que j’eusse aimée, ô toi qui le savais ! » ((Ch. Baudelaire, « À une passante »)) Des mots [...]
das licht und die Schaerfen
10816
Comme une vie d’emprunt qui cependant moule la moindre courbe, épouse chacun de mes gestes, fluide et souple, façonnée me façonne à même [...]
Sarment18
Sarments 18-19
XVIII Au large croisent les navires – court dans leurs sillages l’éphémère prolongé – au large croisent les navires leur roulis d’équinoxes anime l’horizon [...]
tumblr_o5kvytnH0m1vpu8c2o1_1280
Georges Darien, La Belle France
Texte repris dans le cadre de la dissémination « Irrévérence » organisée par la webassociation des auteurs. (Voir note d’intention). [...]
C8Omnzx
Sarments 16-17
XVI Tu accueilles l’effacement – trois traits esquissent toute harmonie – tu accueilles l’effacement comme l’on rend les armes pour déjouer tes pièges [...]
SarmentsXIV
Sarments 14-15
XIV Lentement glissent les discours – la parure à façon s’alourdit, avec un soupir d’aise se quitte – lentement glissent les discours et tombent à tes [...]
tumblr_o5ah2ldal01vpu8c2o1_1280
Quelques Nuits debout et autres insomnies
#NuitDebout… Pour les amants de la nuit que nous sommes, le symbole est trop beau ; et pour les amants de la langue que nous sommes, le symbole est [...]