Menu

180118

19 janvier 2018 - Poèmes
180118
Les ponts jetés dans la nuit,
quand le monde tourne, et nous avec,
un allant léger et il n’est plus de résistance,
nous glissons sans chavire
et les sillages de regrets et d’oublis
se font sourires dans l’heure d’encre
transparente,
seconde peau qui à nos lèvres porte
les saveurs présentes et enfuies
en un même bouquet
d’où tristesse est bannie,
mélancolie chassée,
la vie seule en ivresse douce
dans nos gorges.
Suivant
Précédent
Étiquettes : ,

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :

En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Plus d'informations

Ce site utilise des cookies. Poursuivre votre navigation sans changer vos paramètres ou cliquer sur "Accepter" ci-dessous revient à accepter leur utilisation sur ce site.

Fermer