Qu’est-ce qui tremble au clair de la nuit entre les corps qui bougent, se frôlent, s’ignorent ou s’étreignent ?
Quel oubli, quel souvenir
quel désir ?

 

Ceux que je porte ne sont pas à naître
mais morts ou à mourir.
Leur piste lumineuse m’éblouit et m’entraîne
hagarde mors aux dents
consumée vive.

Comme on s’écorche aux barbelés à ne vouloir pas démordre du rêve ici-bas !
C’est que, vois-tu, toute vive tout vif
il me saisit, je le saisis (c’est tout un),
bien au-delà du temps.

Ceux que je porte sont à renaître
pour renaître ceux qui me portent… —
la mort malgré tout se traverserait-elle en un songe fidèle ?

 

Photo : Paul den Hollander, Moments in Time.

Suivant
Précédent

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :

En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Plus d'informations

Ce site utilise des cookies. Poursuivre votre navigation sans changer vos paramètres ou cliquer sur "Accepter" ci-dessous revient à accepter leur utilisation sur ce site.

Fermer