Menu

240917

1 octobre 2017 - Poèmes
240917
On croit entendre. Une porte qui a grincé. Une clef qui a grippé dans une serrure. Des charnières qui jouent, une mâchoire qui s’ouvre ou se ferme. Des rongements. Un soupir, peut-être, ou la danse de poussières. L’écho du pas ancien ou l’appel du courant d’air.

Remue menu, piétine petit, empire à peine sous le rire jaune.

Rien n’est assez obscur, les vapeurs ni les fumées. Les lueurs grouillent, s’embrassent et s’étranglent, se désordonnent avant toute forme. La pensée s’enraye, la main inachève. Ni les ivresses ni les oublis. Les heures s’égouttent entre caillots et fadeurs, et quelque chose rassit que l’on voulait retenir.

À force de guetter, on croit entendre. Et il n’est plus d’accueil.

Photo : Alvin Langdon-Coburn, Vortograph,1917

Précédent
Étiquettes : , ,

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :

En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Plus d'informations

Ce site utilise des cookies. Poursuivre votre navigation sans changer vos paramètres ou cliquer sur "Accepter" ci-dessous revient à accepter leur utilisation sur ce site.

Fermer