La lune louche, l’aiguille égare sa ronde, le passé éventé trébuche et l’on ne sait rien de sa chute ou de ses relevailles.

Tout est trop proche pour que d’un geste ne le saisisse la main qui se tend, tout trop lointain pour oser le bond au risque de gouffre, qui déjà fascine ta marche, que déjà tu repousses sous quelque flottante bannière.

À tel assaut.

Illustration : Alexandre Benois, Comédie italienne. Polichinelle indiscret.

Suivant
Précédent

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :

En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Plus d'informations

Ce site utilise des cookies. Poursuivre votre navigation sans changer vos paramètres ou cliquer sur "Accepter" ci-dessous revient à accepter leur utilisation sur ce site.

Fermer