Menu

300717

27 août 2017 - Poèmes
300717
Ce qui au loin remue près de moi : cercles concentriques, ronds dans l’eau, électricité dans l’air ; silhouettes de papier et de lumière, l’ombre qu’elles portent signée à l’ourlet ; étincelles, cendres et confettis ; clapotis murmurés à l’oubli ; pêche miraculeuse, que du même geste mêmement mille fois décliné d’autres ramènent dans leur filet des mots, et ses métamorphoses ; flottantes figures, qui affleurent, touchent et se diluent, deviennent autre chose, qui se perd mais ne s’égare ; changes, échanges, commerce d’échos souterrains ; la graine et le vent, l’incertaine floraison de généalogie inconnue ; les courants qui brassent et mélangent sans souci de noms ou de raisons.
L’autre nous porte que nous emportons ailleurs, indéfiniment…
Et parfois l’étoile filante, sa course nette droit sur nous précipitée, aimantée au dépôt de poudres et fusées, nos propres munitions pour feux de joie, improbable conjonction, l’autre offert et pris en subit reflet qui d’un éclat nouveau obscurcit ce que nous choyons, le familier qui nous étrange. Quelle grande voix insue entends-tu alors ?
Suivant
Précédent
Étiquettes : ,

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :

En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Plus d'informations

Ce site utilise des cookies. Poursuivre votre navigation sans changer vos paramètres ou cliquer sur "Accepter" ci-dessous revient à accepter leur utilisation sur ce site.

Fermer