Menu

Chlorophylle

10 mars 2013 - Hapax et archives, Matières à répétition
Chlorophylle

©bigi

Tout le vert en train de lui dégringoler,
par derrière sur la caboche,
un sournois de vert malpropre,
en capilotade jaune brune,
avec un sale air de débandade,
à s’esbigner pendant qu’il a le dos tourné,
tout le pauvre paysage en dégringolade,
et lui debout penché dedans le vert,
avec son bleu de travail tout bleu,
avec ses gants blanc très blanc,
au milieu du vert qu’est même pas vert,
pas franc,
vert caca d’oie, vert jaune malade
vert de qui se barre en couille,
c’est de la mousse qui bouffe tout,
se répand partout en vomissure
que ça noie tout le sol.

Et lui penché sur son balai,
à balayer le sol comme un con,
tout fringant pimpant,
comme si peut-être qu’il pourrait
le redresser, le paysage,
ou que le balai serait un pinceau
trempé vert de vert
qu’y aurait plus qu’à tout repeindre
que la campagne mal fichue
en deviendrait tout proprette,
et vert tendre et risette
de la nature nature
de la nature gnangnan
un confort de rombières
bien grimée par fonction municipale
à l’abri des palissades,
– qu’on sait pourtant qu’il s’en passe de belles,
là contre.

Au lieu qu’on voit bien que tout ça
se casse la gueule,
les songes mignons,
dans c’te verdure qu’en finit pas dans la débine,
avec même le garde-à-vous des palissades
de guingois su le point de s’effondrer,
tout ça sur le point de faire la culbute
par-dessus le bonhomme là au milieu,
à se précipiter sur lui encore,
en idiote menace de rien,
de déversement, de n’importe quoi,
de ça se trouve comme ça,
entre des arbres grêles et une palissade de toc,
et ça fait triste et pauvre, ce paysage de rien.

Rien contre que ça vienne de la lumière
qu’est chiche et pisseuse
comme un hiver de rue borgne,
ou encore mieux d’une sale humeur
ramassée au turbin du petit jour
et qui vous dégueule tout en moche
même la lumière céleste.
Seulement faudrait pas louper non plus
que le type baisse la tête et regarde à ses pieds
entre ses pieds peut-être,
deux brins d’herbe ou trois cailloux,
sans lever les yeux,
avec ses gants blancs salopette bleue,
comme pour se planquer de la vue d’ensemble
qui va le noyer.

Suivant
Précédent

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :

En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Plus d'informations

Ce site utilise des cookies. Poursuivre votre navigation sans changer vos paramètres ou cliquer sur "Accepter" ci-dessous revient à accepter leur utilisation sur ce site.

Fermer