Menu

Coton I

18 juillet 2012 - Hapax et archives, Matières à répétition
Coton I

Drap

Le drap blanc retient-il entre ses plis
le moindre morceau de nuit ?
Celui qui le matin s’arrache aux draps, d’un coup,
pour court-circuiter la morsure du réveil,
feint somnambule, peut croire que par sa prestesse
il épargne les rêves secrets de la nuit,
les garde à l’abri du jour sous l’étoffe blanche
puisqu’elle a accueilli les émois et soupirs
de sa chair, lasse de fatigue ou de plaisir,
retient un moment cette chaleur de peau douce.

À la lumière pourtant le drap blanc
ne rêve pas, il raconte
une histoire simple de quotidien,
de gestes tout bêtes, de vie qui se mène,
il n’est plus voile blanche, cinglant vers les lointains,
vagues, d’une imagination vaine reléguée
aux songes, à l’ivresse, à ne griser qu’irréelle.

Sous la lumière franche qui souligne
chaque pli d’une ombre nette,
il évoquerait les drapés classiques
et leurs lignes rigoureuses
qui embrassent de blanches nudités,
sans cet heureux désordre,
le froissement léger comme un sourire
dérangeant l’ordre parfait.

Parmi les plis du drap blanc au grand jour
danse la vie hasardeuse,
entre des rêves de plume
et l’ample rideau du monde.


Suivant
Précédent

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :

En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Plus d'informations

Ce site utilise des cookies. Poursuivre votre navigation sans changer vos paramètres ou cliquer sur "Accepter" ci-dessous revient à accepter leur utilisation sur ce site.

Fermer