Menu

Esther 2.4

21 février 2017 - Esther

J’ai continué à parler pour y échapper, pour ne pas me demander si elle serait là ou pas à mon retour, ou pour essayer de savoir, ou pour me préparer à l’une comme à l’autre éventualité, en refoulant des larmes qui grignotaient l’oubli, en me raccrochant à son regard dont je voulais effacer la lueur brusquement attendrie, en tirant à moi la chronologie, à remonter sa corde raide, nœud par nœud, comme s’il suffisait de se fier à leur succession, à la ligne droite, et de nier boucles et arabesques, la spirale qui part de l’œil du cyclone, y revient, ne cesse pas, part ou revient,  je m’agrippais à la frêle échelle de parole lancée entre lui et moi, chaque barreau menaçant de rompre, et qui tenait, pourtant, sans en voir la fin, doutant qu’elle apparaisse jamais, souhaitant presque la catastrophe plutôt que cette opiniâtre poursuite à rebours…
Souhaitant presque, mais retenue par son écoute, rendue circonspecte par la possibilité d’une trajectoire que l’écoute offrait aux mots, qui cahin-caha continuaient à aller suscités par l’écoute, malgré la tentation d’invalider la fugitive hypothèse d’un but réel, malgré tout, cherchant obscurément à convaincre, à le convaincre, lui ?

Suivant
Précédent
Étiquettes : , ,

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :

En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Plus d'informations

Ce site utilise des cookies. Poursuivre votre navigation sans changer vos paramètres ou cliquer sur "Accepter" ci-dessous revient à accepter leur utilisation sur ce site.

Fermer