Menu

Griffure

24 avril 2012 - Hapax et archives, Poèmes
Griffure

Le corps déraille en douce
Comme un mauvais rêve
brouille la tête
Mare saumâtre
Bouillon grêle
Une lettre ou deux
tournent grumeaux
grommellent une pauv’ pensée
pensée pauvre
qui s’effiloche avec le jour.

C’est le quotidien qui rouille
pas si bien huilé
égratigne à peine
meurtrissure légère
C’est trois fois rien
ça ronge un peu, c’est tout
Insensiblement
ça dézingue
vermoulu corps
par petites doses jour après jour
plus si petites à la longue
à force de boulot télé métro journaux
des discussions éteintes
sans avoir commencé
de sommeil sans repos
de rêves expulsés à force
de les voir traîner
entre chaussette et vaisselle

Quand on manque de temps
entre dehors et chez soi vraiment
Pas le temps pour voir, savoir
C’est pas grand-chose, une boule de neige
ça brille même quand il fait beau
mais froid, qui engourdit les rêves
nichés au creux au fond
aux oubliettes

Remuent encore pourtant
Jettent des reflets
depuis l’œil d’un passant
une feuille glisse
une porte battante
un homme qui parle
La carcasse réchauffent
s’agitent et tourbillonnent
entraîneraient presque…

Rouillé l’engrenage mord encore
jette ses démons faits à façon
contre les songes peu sûrs
sous le poids des jours

Faut large moisson
beauté pleine et pensé calme
pour résister à tout ça
avec morsure et éclat
et tenter encore une fois
encore une fois
d’acclimater l’espoir
transplant de rêve
ici « pour de vrai »


 

Suivant
Précédent
Étiquettes : ,

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :

En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Plus d'informations

Ce site utilise des cookies. Poursuivre votre navigation sans changer vos paramètres ou cliquer sur "Accepter" ci-dessous revient à accepter leur utilisation sur ce site.

Fermer