III

Les rires s’envolent, les gestes dansent,
se croisent les phrases dans l’air transparent,
et se délaissent. L’ennui s’amuse.
Rien ne pèse, ni serment ni oubli,
crédule ou cynique mêmement se joue
la grêle pantomime d’ivresses feintes.

Nulle grâce ici, l’eau est trop claire
pour quelque flou à la Watteau,
qui bercerait de rêves alanguis,
ta fantaisie mélancolique.

Ne restent que reflets orphelins
qui parlent et remuent sans chair ni voix,
reflets purs dans l’heure sans tain,
où tu passes sans rôle et ne sais te perdre,
malgré toi dans les coulisses guettant
quel personnage viendra t’échoir.

Illustration :  Vassily Kandisky, Bleu de ciel, 1940.

Suivant
Précédent

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :

En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Plus d'informations

Ce site utilise des cookies. Poursuivre votre navigation sans changer vos paramètres ou cliquer sur "Accepter" ci-dessous revient à accepter leur utilisation sur ce site.

Fermer