Menu

Nation

4 janvier 2012 - Hapax et archives
Nation

Reprendre pied place de la Nation, à l’ombre d’un arbre. Ailleurs, émerger des couloirs du métro ne fait pas vraiment regagner le plein air : les façades surplombent les trottoirs, absorbent le regard qui y bute avant d’avoir pu s’échapper. Mais en sortant de la station Nation-Place des Antilles par la bouche de métro de l’avenue du Trône, on se retrouve de plain pied avec la ville, devinée étale autour de soi, gravitant autour de la place vaste et presque calme, séparée des vitrines et de leur foule par la chaussée moins fréquentée ici que quelques mètres plus loin (il se trouve même, à quelques pas, des voies assez peu empruntées pour entendre le vent dans les feuilles). Peu de touristes, aussi. Il flotterait presque un air de province, de vacance en tout cas : rien à faire, rien à voir au centre de la place, sinon cette Nation qui triomphe sans guère susciter d’intérêt.

Au-delà, le cours de Vincennes se dédouble et prend ses aises, bordé d’arbres, flanqué de bâtisses moins hautes qu’ailleurs, semble-t-il ; l’horizon s’ouvre, invitant à s’égarer en suivant un moment le chemin qu’empruntent d’autres vies. Sous mes pas glisse le souvenir d’une autre ville et de son ciel, découvert alors : je croyais auparavant que toute ville était cernée de montagnes ou encaissée au cœur de ses propres murs. Profitant du soleil d’automne et de l’espace, Tours s’invite, imprévue, empreinte de nostalgie feinte : c’est un bien autre pouls qui bat tout autour, discret mais prégnant, au rythme des piétons pressés et « sapés ». Le soleil est doux, les arbres ont encore leurs feuilles, on se laisse aller dans ce paysage de ville aux perspectives adoucies par les courbes de la place et l’ombre mouvante des feuillages. L’idée de nature, tout apprêtée soit-elle, flotte comme un songe éveillé ; le pas se fait plus alerte en franchissant la barrière ouverte, les deux pavillons de Ledoux, qui laissent imaginer un ailleurs familier.

Suivant
Précédent
Étiquettes :

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :

En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Plus d'informations

Ce site utilise des cookies. Poursuivre votre navigation sans changer vos paramètres ou cliquer sur "Accepter" ci-dessous revient à accepter leur utilisation sur ce site.

Fermer