Elle restera seule, et des crevasses aux mains
posées sur une toile à faire ni défaire,
sans prétendant pour harceler
une fidélité vaine à un conte de fée
qui aurait mal tourné.

Elle n’est ni vieille, ni jeune,
déparée simplement des atours
et des rôles,
actrice en cothurne
sur le carreau de la cuisine.

De sa bouche comme d’un fissure
ne sort plus qu’ici ou là
un mot ou deux, pour elle seule,
et qui grincent à son oreille
un crissement de fer blanc.

Pantin plutôt,
désarticulé,
mais que remue encore
l’habitude,
le quotidien réduit,
et la machine cassée
n’a plus d’histoire à tisser.

Ce n’est pas que le temps se soit arrêté,
mais qu’il continue.
Ses doigts se crispent par à-coups
sur le vide.

Dans ses yeux pourtant,
à certaines heures de calme,
lorsqu’il n’est plus l’heure d’être,
passe un rêve de haute volée
et l’éclaire d’une ferveur mythique.

Cela peut-être,
sa fidélité
contre désillusion

inarticulée.

 

 

Suivant
Précédent

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :

En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Plus d'informations

Ce site utilise des cookies. Poursuivre votre navigation sans changer vos paramètres ou cliquer sur "Accepter" ci-dessous revient à accepter leur utilisation sur ce site.

Fermer