Menu

Paris, 13.11.15 et lendemains

21 novembre 2015 - Hapax et archives, Répertoire urbain
Paris, 13.11.15 et lendemains

La joie de ma sœur au bout du fil, c’est la première chose que j’en aie sue. «C’est bon, tu peux raccrocher ! » Et quelques phrases pour me mettre au courant. Un peu plus tard, la peur extrême de mon père, sa voix de mauvais songe.

Après cela, on ne sait plus trop. Ni temps, ni lieu. Une chute régulière vers rien, rien qui vous raccroche. Presse pleurs sommeil télé presse twitter presse télé sommeil courses presse twitter télé course télé twitter sommeil presse larmes (actualisation compulsive de l’actualité, la mise à jour de la réalité convulsion mouline) twitter presse presse pleurs twitter, veille, veille absurde, sommeil comme une masse, et reprise twitter presse télé blogs, articles sans conséquence, plus d’effet, boucle en boucle, presse télé twitter, roman, fini ce roman, Les Barbares son titre, pas barbares pour deux sous, et reprise télé pleurs etc..

La tristesse et l’hébétude. Tout semble exsangue, Paris à jamais désert. Rien, pour rompre la stupeur. Sonnée tout sonne creux. Notre pauvreté : mots, images, raisons, grêles et misérables grelots. Pas le moindre élan pour quelque demain, rien qui m’anime. Le silence m’avale. Comment font-ils, ceux-là qui écrivent ? Je ne comprends pas. Qu’y a-t-il à comprendre ?

Fluctuat nec mergitur, j’aimais cette devise, ces flots, j’y voyais les aléas de la vie. Naïve, je n’imaginais pas qu’ils puissent être de sang. On aura beau dire, elle me plaît moins, aujourd’hui.

Alors je suis sortie. Pour conjurer l’image, peut-être. Poussée par un besoin comme par une main douce et ferme, qui se pose sur votre épaule pour vous guider. Sortir pour voir Paris. Les voix, les paroles des proches en province, que disaient-ils d’autre, qui m’avait émue et troublée d’une entente obscure ? Pour eux, Paris, c’est moi. Je suis Paris. Je n’ai pas une écorchure. Je n’ai rien. Juste des larmes et du silence. Et pourtant ça ne faisait pas un pli, soudain. Indemne ? Atteinte intacte. Touchée tout de même bien au-delà de moi. À la fêlure intime se reconnaître au dehors : solidaire.

Arpenter Paris, voir Paris. Trottoirs et leurs passants que nous avons dans les jambes, dans les yeux. C’est là où nous sommes, là que quelque chose pourra être raccommodé, de cette réalité malaisée qui vacille. Accepter la blessure éhontée du coup qui a frôlé seulement, cette trace qui sera trop tôt pâlie, s’approprier du cauchemar cela qui nous relie plutôt qu’avec lui nous fuir nous-mêmes, remettre l’âme à un diapason qui ne soit pas fascination des carnages.

Vu : cette grande fille blonde échappée comme une flèche vers ses amis qui la recueillent enfouie entre leurs bras. Entendu : le couple qui s’en va se murmurer en confidence « Ils étaient gentils, ces gens ». Puis encore cette autre assise sur la chaussée, un effondrement, et la corolle de caresses et réconfort qui l’entoure. Laissé passer le vélo qui file éphémère dans la foule et suivi les quatre pas d’errance de celle-ci, qui paraîtrait hautaine presque, si le désarroi ne fendait pas son regard. Prêté une oreille distraite à une conversation à bâtons rompus sur la jeunesse et regardé la foule. Mouvant à l’allure lente de celles et ceux tour à tour portant une offrande de leur peine tremblante se forme l’anneau qui recueille un adieu. 

On a amené son corps soutien son corps faiblesse, la plus simple présence. On laisse en gage bougies, fleurs et papier. Lueurs qui dansent à la nuit tombée.

Photo: 2015-11-14 – Recueillement devant le restaurant « La Belle Equipe »-19, PS, CC BY-NC-ND 2.0.

 

Suivant
Précédent

2 réflexions sur “ Paris, 13.11.15 et lendemains ”

Aunryz

Prendre le temps de la lecture d’un texte tel que celui-ci
après 5 minutes de BFM télé ou autre
désamorcerait les images et les mots volés.

Merci pour ce partage

Répondre
Selenacht

Merci Aunryz. Heureuse s’il vous a servi.

Répondre

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :

En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Plus d'informations

Ce site utilise des cookies. Poursuivre votre navigation sans changer vos paramètres ou cliquer sur "Accepter" ci-dessous revient à accepter leur utilisation sur ce site.

Fermer