Menu

Richard Gonzalez : À part soi

30 août 2013 - Critique, Lectures critiques
Richard Gonzalez : À part soi

Photos et textes repris dans le cadre de la dissémination « Pays lointains » proposée par la web association des auteurs. (Voir note d’intention.)

Présentation

Blogs de l’auteur-photographe, Richard Gonzalez :

Journal intime de voyage : on pourrait définir ainsi le site de Richard Gonzalez, où il marie textes et photos, celles-ci toujours premières, sans rendre inutiles les mots qui les accompagnent tour à tour de réalisme et de poésie. Les couleurs et contrastes des pays lointains y côtoient ceux de l’Isère, dont certains champignons se révèlent offrir le même « exotisme » grâce à son objectif.

(Et n’oubliez d’aller voir le billet dans sa mise en page originale.)

l’abandon

r.gonzalez_corde1

Hoi An, Vietnam, août 2012

Toutes choses dénouées par ailleurs, je ressentis la force du vent libre sur mon visage. J’entrepris une croisière en solitaire, prêt à affronter les éléments du ciel dans toute leur pureté cinglante. Debout au vent, je scrutais avec impatience l’horizon, cherchant la bourrasque qui me désemparerait. Je traquais par-delà les premiers nuages ce fameux coup de tabac qui emporterait tout:le dernier soupçon de tendresse, la trace ultime d’un attachement, cette autorité de l’amour, à la fois omniprésente et indéfinissable, dans laquelle je m’étais trop longtemps débattu sans même réussir à affronter son ombre.

Source : http://www.apartsoi.fr/2013/06/labandon,
sous licence Creative Commons (CC BY-NC-SA 2.0 FR)

le destin des hommes

r.gonzalez_destin

Pondichéry, Tamil Nadu, juillet 2008

Sous la grise menace, si blême d’oubli, de la brume de mer, il vaut mieux s’asseoir. Le long de la promenade, les hommes sages ne font que s’arrêter. Par petits paquets scintillants de deux ou trois, ils retiennent la mémoire de la ville dans des conversations à n’en plus finir. Des mots pour vivre et pour durer. Ils ressemblent à des vieux séraphins de lumière et par leurs voix, dans la douce langue indienne, ils rapiècent le rêve, la mélodie des nuits anciennes avec le tissu d’un improbable automne. C’est toujours septembre ici et ça ressemble au destin des hommes.

Source: http://www.richardg.blogs.com/avantlalettre/2008/09/le-destin-des-hommes.html,
sous licence Creative Commons (CC BY-NC-SA 2.0 FR)

 

En regardant

Les pays lointains ne m’avaient jamais vraiment fait rêver, et puis c’était aisé à critiquer une fois le rêve frelaté en voyage touristique et passage obligé comme pour rattraper une année de boulot. Jusqu’au jour où… assaut de couleurs et de visages, rendus à l’évidence par la magie de l’objectif qui les saisit sans fard et nous les rend éclatants – même un jour de septembre, ou même quand la modernité est criarde. L’on ne saurait dire que la réalité y est transfigurée, tant elle y est offerte sans détour.

Peut-être de là, depuis, un intérêt accru pour la photo, sa précision qui se dispense aisément de mots ou qui plus exactement, lorsqu’elle est réussie, leur offre un horizon infini où ils s’épuisent, comme un rêve qui aborderait une réalité plus vaste où s’éteindre… La parole berce discrètement ces images et les hommes qui les peuplent, si bien que le spectateur s’attarde et goûte mieux l’atmosphère qu’elles dégagent, l’instant qu’elles découpent ou le monde où elles surgissent – en écho net et lointain.

Suivant
Précédent

3 réflexions sur “ Richard Gonzalez : À part soi ”

Selenacht

Pour étendre l’exploration, vue panoramique sur les pays lointains aux quatre coins du Web disséminés: http://webassoauteurs.wordpress.com/2013/08/31/dissemination-pays-lointains-contributions/

Répondre

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :

En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Plus d'informations

Ce site utilise des cookies. Poursuivre votre navigation sans changer vos paramètres ou cliquer sur "Accepter" ci-dessous revient à accepter leur utilisation sur ce site.

Fermer