Menu

Sable + eau

4 juillet 2012 - Hapax et archives, Matières à répétition
Sable + eau

©bigi

D’une longue érosion, il a dirait-on
conservé l’habitude de s’effacer,
il disparaît à vue, 
les minces filets s’écoulent,
vont s’amenuisant,
rigoles-murmure
au sol.

Au sol, dont il épouse les contours,
arrondit les angles
comme les siens le furent
relief amorti en effondrement lent
il devient sol et,

plaqué au sol,
peut-être se laisse saisir enfin,
plaquer la main au sol,
pour toucher un peu
le sable sa texture.

On l’étreindrait presque, alors,
mais sa douceur encore surprend
déjoue saisie troquée caresse
au vaste tapis du sable,
qui noie le moindre grain
Toucher rugueux
irrégulier ici
tranchant là
du règne minéral
granite silice
et le coupant du verre,
des coquilles brisées.

Plus rien qui vienne ici gripper l’engrenage du geste
par lequel la main s’enfonce pétrit le sable
qui coule glisse caresse 
puis saupoudre, recouvre et enterre
sous la fine couche de temps passant
où se célèbrent les noces du roc avec l’eau,
l’infinie polisseuse,
au miroir de laquelle la matière se trouble
disparaît reflets s’atomise éclat
tandis que la valse de son flux reflux
invite et prolonge chaque geste,
auquel la main enfin s’abandonne,
lourde dans l’eau, aussitôt allégée flotte,
main dansante de saisissante saisie, 
jouet de l’eau et ses mirages.

Suivant
Précédent

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :

En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Plus d'informations

Ce site utilise des cookies. Poursuivre votre navigation sans changer vos paramètres ou cliquer sur "Accepter" ci-dessous revient à accepter leur utilisation sur ce site.

Fermer