VI

Puis les mots s’épuiseront
– certaine science ou les présages annulent ainsi la parole –
puis les mots s’épuiseront.
Calfeutrée de silence,
hébète ta pensée,
de toi te dépouille
et choisis le muet
et l’inarticulé.

VII

Et tu ne seras rien que vague
– ressac des souviens-t’en bien à l’équinoxe –
et tu ne seras rien que vague,
diluée à l’amère
épure fracassée
contre plus dur que toi.
Or accueille la vague,
qu’elle te sacre sirène.

 

 

Image d’accueil: adaptée d’une photo de P. Gillard.

Suivant
Précédent

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :

En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Plus d'informations

Ce site utilise des cookies. Poursuivre votre navigation sans changer vos paramètres ou cliquer sur "Accepter" ci-dessous revient à accepter leur utilisation sur ce site.

Fermer