VIII

Parole, océan que sillonnent
– si aux mêmes ténèbres tu plonges que les failles marines –
parole océan que sillonnent
les courants d’une histoire
de chair et de mémoire
très anciennes, et vaste
à te porter secrète
perle au front de l’oubli.

IX

Tu sais la carte, mais sais-tu
– l’aveugle que peut-il être sinon prophète ? –
tu sais la carte, mais sais-tu
la brise et le rivage ?
Égare tes murmures
ton cri aux quatre vents
qui charrient et inversent
ton rêve sortilège.

 

Suivant
Précédent

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :

En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Plus d'informations

Ce site utilise des cookies. Poursuivre votre navigation sans changer vos paramètres ou cliquer sur "Accepter" ci-dessous revient à accepter leur utilisation sur ce site.

Fermer