Menu

Archives de l'étiquette : poésie

Entretien avec André Rougier – La poésie, « mutantes présences » (ou du devenir)
Tes textes sont assurément pour moi des poèmes, en prose puisqu’ils ne sont pas versifiés, mais dans une prose particulièrement soignée, rythmée, dont le [...]
250117
J’ai laissé dehors le soir jaune et gris, les talons qui claquent sur l’asphalte, l’air qui pince. Dedans, l’obscur et [...]
80816
Pour un regard. Un regard dévoré d’horizon. Sillonné de présages qui le traversent et scintillent, se perdent et rejoignent quelque insondable [...]
Sarments 20-22
XX Tu te dresses, minuscule et nue – orbites et rondes élémentaires s’inversent entraînant le pivot du regard – tu te dresses, minuscule et nue, entre la [...]
Sarments 16-17
XVI Tu accueilles l’effacement – trois traits esquissent toute harmonie – tu accueilles l’effacement comme l’on rend les armes pour déjouer tes pièges [...]
André Rougier : déroutes et avènements
Proche est le terme, puisqu’à tes côtés la nuit des marécages guette, arrachant au visage soupçonné la clé des bans, l’enclos piétiné, les crinières baies, [...]
Répertoire urbain: extrascolaire
Les congés estivaux étaient relégués bien loin, mordant presque sur l'automne, et la chaleur qui, même en fin de journée, pesait sur la ville comme un [...]
Hespérides
Ce jardin secret serait semé aux quatre vents égrené au long du temps. Ainsi séduirait-il d’un miroitement, en passant, ainsi déjouerait-il, [...]
Bavardages sur la concision (via cuicuis)
Il y a quelque temps, quelqu’un me demandait si certains des tweets étaient le fruit d’une longue processus d’écriture (twitter ayant [...]
Nu de dos E.Schiele
Murièle Modély, L’œil bande
parfois, quelque chose file, dans les poumons, l'espace, entre l'inspiration et l'expiration, de la page, contre ses lèvres, tu ne sais pas [...]
3. Embras(s)er le temps (Journal de l’aube, de A.Jouy)
elle est. sur la feuille tout ce qu’elle ne peut pas montrer. Anna Jouy, Journal de l’aube 80 Cette lecture du Journal de l’aube est, [...]
Sarments 6-7
VI Puis les mots s’épuiseront – certaine science ou les présages annulent ainsi la parole – puis les mots s’épuiseront. Calfeutrée de silence, hébète ta [...]
2. Donner forme au temps (baleine paysage de M. Hache)
Le calendrier, ici aussi, fait bien les choses. Je n’ai pas spontanément la mémoire des dates, et le détour par le semenoir était prévu [...]
Lionel-Édouard Martin : Lucrèce, De Natura rerum
Pauvre cervelle humaine, ô poitrines aveugles ! En quelle ténébreuse vie, en quels périls Se passe ce bout d’existence ! La nature N’aboie, voulant son [...]
Sarments 4-5
IV Offre la page à l’inquiet – à la porte son charroi de hantises qui vous agrippent aux cheveux – offre la page à l’inquiet fragile et ses fantômes, une [...]
Richard Gonzalez : À part soi
Photos et textes repris dans le cadre de la dissémination « Pays lointains » proposée par la web association des auteurs. (Voir note d’intention.) [...]
Bouts-sans-rime #6
Qu’un autre y mette des mots, le cœur a usé trop de phrases pour s’y bercer-berner toujours. Que prenne le relais autre voix, plus insistante [...]
Aporos de Francis Royo, «Le souffle qui nous tend»
Aporos 100 La poésie ne clôt rien, ne signe rien, juste un appel. Tendre les mots bien sûr mais comme on tend les mains. Aporos 143 Rien de ce qui nous [...]

En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Plus d'informations

Ce site utilise des cookies. Poursuivre votre navigation sans changer vos paramètres ou cliquer sur "Accepter" ci-dessous revient à accepter leur utilisation sur ce site.

Fermer