Esther 4.2

Mais j’invente, j’enjolive peut-être un silence au début commandé plutôt par la timidité, une timidité un peu solennelle, comme si j’assistais à une cérémonie qu’il ne fallait pas troubler sous peine qu’échoue le rituel, embarrassée aussi, au fur et à mesure que cela s’éternisait, par l’impression de la regarder comme une bête curieuse, d’en faire l’objet…

En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Plus d'informations

Ce site utilise des cookies. Poursuivre votre navigation sans changer vos paramètres ou cliquer sur "Accepter" ci-dessous revient à accepter leur utilisation sur ce site.

Fermer