Menu

Un an à se disperser

1 juin 2014 - WebAssoAuteurs
Un an à se disperser

Un an de disséminations à feuilleter: http://flip.it/ZZ74e

Un an et l’occasion de jeter un coup d’œil dans le rétroviseur d’où le point de départ a disparu depuis longtemps. Je ne sais pas si mes attentes ont été comblées, elles étaient trop vagues, la curiosité et l’envie simple d’échanger, de découvrir, de participer, sans nécessairement beaucoup d’exigences au début –mais Laurent et son travail, que je connaissais déjà bien, m’étaient déjà garantie suffisante, sans doute. Attendre surtout de faire, de voir se faire, de voir si j’y trouvais place – et des passagers pour prendre part à la virée en se fiant à ma conduite.

Ce qui me frappe tout d’abord, c’est à quel point ces disséminations ont alimenté ma réflexion, la croisant de façon parfois assez inattendue, et non seulement par l’effort mis à choisir, à chaque fois, des textes qui correspondent au sujet et vaillent le détour – arpentant encore et encore ces blogs que j’aime, mais le redécouvrant sous cette visée différente, ou bien m’égarant en ces promenades pour d’heureuses découvertes, pas toujours dans le sujet, pas reprises, juste gardées. Puis prendre la peine de creuser, une fois le choix entériné et donné l’aval de l’auteur, de comprendre pourquoi ce texte-là plutôt qu’un autre, ce qui m’y a attrapé. Je ne m’y astreins pas toujours aussi systématiquement qu’ici, sinon pour les « longues » lectures, les livres. Au-delà de « l’astreinte », plaisir et jeu de cette ressaisie dans le détail, hasardeuse puisque les sujets n’en sont pas les miens, et cet étonnement sans cesse renouvelé de la plasticité de la pensée, du texte – c’est par ce biais-là que j’échange le mieux avec l’auteur, me semble-t-il, en essayant de prendre son texte à bras le corps, de me l’approprier (ou de m’approprier à lui?) en toute impunité. 

Et puis bien sûr, les échanges avec les « associés » (mes socii), les textes improbables qu’ils me font découvrir, comme ceux que je reconnais dès le premier abord, me sont déjà familiers par leur auteur, leur propos ou leur style .Cela me réjouit toujours, comme si d’autres guettaient pour vous ce que vous risqueriez de manquer sans eux, vous ménageaient une inoubliable surprise.

Rien peut-être de bien « web » dans cette démarche (j’ai dit ailleurs mes réserves quant à une spécificité de l’écriture web), sinon en ce qu’il est le lieu qui permet non seulement la multiplication, mais la simple existence de tels échanges. Explosion de textes à disposition d’une part, où piocher est un délice, et possibilité du relais, d’un relais qui ne passe pas par l’adoubement habituel d’un éditeur, d’un critique, d’un plateau-télé (bien que certains aient aussi du bon). Plus j’y pense, plus j’en reviens à ce que m’inspire la clandestinité telle que l’a abordée Grégory Hosteins: l’anonymat du web, sans empêcher les échanges, me paraît aider à garantir une certaine honnêteté par la discrétion qu’il permet d’entretenir (mais n’en est nullement garant absolu, et on la trouve aussi ailleurs, évidemment). Se pose pourtant derechef, de façon que d’aucuns trouveront plus criante encore, la question de l’autorité de ces paroles si aisément publiées en ligne. Il faudra, peut-être y revenir.

Mon vrai regret est cependant tout autre. N’avoir pas encore eu l’occasion « d’adapter » certains de mes blogs favoris aux sujets proposés et, pire encore, avoir exclu à peu près à chaque fois un ou deux textes qui méritaient tout à fait de figurer sur l’itinéraire. Heureusement, je ne vois pas le point d’arrivée, l’horizon est vaste encore, et j’ai bon espoir de corriger ces absences !

 

 

 

 

Suivant
Précédent

2 réflexions sur “ Un an à se disperser ”

mu

je me permets de relayer ce post via mon blog : quel travail, voilà de quoi nourrir ma curiosité (pour le rétroactif mis si richement en forme 🙂
merci

Répondre
Selenacht

Grand merci à vous de ce relais! Sans compter le plaisir de prolonger notre échange 🙂

Répondre

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :

En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Plus d'informations

Ce site utilise des cookies. Poursuivre votre navigation sans changer vos paramètres ou cliquer sur "Accepter" ci-dessous revient à accepter leur utilisation sur ce site.

Fermer