Menu

Verre I

16 mai 2012 - Hapax et archives, Matières à répétition
Verre I

Verre1

Carré très lisse très noir de la plaque à induction.
Du feu, dessous, de la chaleur sous le verre.
Pour ça que ça clignote rouge,
l’œil de verre du cyclope sur son volcan.
Et on ne le devinerait pas,
sous la plaque noire de verre froide
sous les pieds le carrelage froid
dans le froid du petit jour,
tiré tombé du lit
pour ricocher automate
contre la machine verre froid lisse.

Renvoie la lumière moindre en éclat dur,
net et sans bavure.
Ça brille impitoyable
en géométrie carrée et ronds numérotés
plaque 4 × temp. 3
petit miracle techno à en rester baba,
sonné dans la cuisine au petit jour frisquet.
L’éclat métal comme du réel plus vrai que vrai
de l’induction efficace lisse noire
vous cueille à la sortie des rêves.

(Au soleil pourtant,
par le carreau de la fenêtre,
tombe sur le carré de la plaque
un éclat plus mat
– ou est-ce de chaleur induite ?
diffus comme de cire molle.
Une patine.)

On démarre.

Tasse céramique, sucre à tâtons,
tintement de la cuillère et
cafetière inox d’éclat redoublé.
Grand petit effort matinal pour
éviter le « tac » métal contre verre
qui érafle et fend.
Ne pas briser le silence.
Ne pas briser la glace
sous le fer du patin à.
Pas de crissement
sur noire patinoire.

Le doigt engourdi glisse
sur la surface froide lisse, appuie léger
ne fait pas de ronds, des carrés-
bâtons rouges température,
hiéroglyphes protégées sous
transparences de vernis             
du feu sous la glace.

(Mais quel sacré nom de ?)

Un feu follet, alors,
qui traverse la flaque noire
pour vous monter à la tête
dans le p’tit noir serré.
L’une après l’autre, sur son passage,
s’éclairent diodes et neurones.
Y’ a du jus ! En marche-route !
(Et puis, les mauvais jours,
part juste en fumée d’idées noires.)

Suivant
Précédent

2 réflexions sur “ Verre I ”

Nistilar Thorec

L’instant que vous dites je ne l’ai jamais senti et la vitre noire m’évoque mieux l’espion que le feu (au) derrière, la limousine chic et mafieuse que les petits matins solitaires.
Mais l’instant que vous dites est joliment dit.

Répondre
Selenacht

Est-il toutefois beaucoup de mafieux qui ne finissent pas (quand ce n’est pas par là qu’ils commencent) par faire… feu ?

Répondre

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :

En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Plus d'informations

Ce site utilise des cookies. Poursuivre votre navigation sans changer vos paramètres ou cliquer sur "Accepter" ci-dessous revient à accepter leur utilisation sur ce site.

Fermer