J’ai laissé dehors le soir jaune et gris, les talons qui claquent sur l’asphalte, l’air qui pince.
Dedans, l’obscur et l’incandescent, le feu scellé dans l’ambre — entre deux flammes, entre deux souffles, subsistant de l’amour perdu à l’amitié retrouvée.
La lumière s’égare entre ce que renvoient les miroirs
    et ce qu’ils gardent.
J’ai pris la liberté, l’audace aussi, j’ai pris,
leur risque et leurs blessures,
j’ai pris,
je prends,
la chance du phénix
    ou bien
    avant
    comme
ses cendres.

Qui saurait ?

Suivant
Précédent

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :

En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Plus d'informations

Ce site utilise des cookies. Poursuivre votre navigation sans changer vos paramètres ou cliquer sur "Accepter" ci-dessous revient à accepter leur utilisation sur ce site.

Fermer