Pour un regard. Un regard dévoré d’horizon. Sillonné de présages qui le traversent et scintillent, se perdent et rejoignent quelque insondable origine.
Pour un regard. Un regard trempé d’eau forte. Acéré de l’éclat qui brille à l’entaille pure du diamant sans oubli.

Parce que les paupières se ferment et qu’à leur courbure les extrêmes s’échangent.
Parce qu’elles s’ouvrent et que frappe, frappe en plein cœur d’évidence le rayon d’azur noir, l’alternance de ses solstices, feu et glace.

Parce qu’y tournoie la rose des vents, fiche épine en boussole, aimante et déprend.

Pour le chemin de comète qu’il ouvre et trace dans l’obscur sans entame.

Pour ce regard, au prix de…

Pour ce regard, voilà pourquoi.

Illustration : F.-L. Benouville, La Colère d’Achille (détail)

Suivant
Précédent

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :

En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Plus d'informations

Ce site utilise des cookies. Poursuivre votre navigation sans changer vos paramètres ou cliquer sur "Accepter" ci-dessous revient à accepter leur utilisation sur ce site.

Fermer