Menu

Éclats d’André Rougier – portrait subjectif

21 mars 2018 - Résidences
Éclats d’André Rougier – portrait subjectif

Des noirs, des rouges, des ors saturés, empoignés embrassés dans une lutte aussi vive qu’harmonieuse, prise dans un lumière parfois presque douce.
Des saisissements, des contrastes, emporté par le flot clair d’une intelligence acérée, ici grave, là malicieuse.
De « la ténèbre » et des illuminations. De l’épique, de l’épique, du lyrique dans l’ambre d’un regard philosophique – allais-je dire métaphysique ?

Bref, de la poésie. Celle que je reconnais, connais, immédiatement, par cœur – alors même que je ne suis pas sûre de la comprendre. André Rougier, vous le savez, d’emblée, est un poète.

*

« Tout ce qui brille n’est pas or. » Mais qui cherche de l’or cherche notamment ce qui brille.
André « Chrysostome ».

Oui, ça éblouit : des images, des paradoxes brillants, certes, mais au-delà de l’apparence : la profondeur. Non pas la séduction, qui « détourne » du chemin, selon l’étymologie, profite à la forme plutôt qu’au fond. Les images, les paradoxes d’André ne vous envoient pas joyeusement gambader dans le jeu de mots. Ils « accrochent » dans la polysémie du terme : ils scotchent et ils gênent. Ils fascinent. Ils sont insondables. Et ce qui nous arrête ici n’est pas le sens, ce n’est pas une devinette, il n’est pas « difficile à comprendre » : c’est le sens qui bouge, qui remue, qui ne s’arrête jamais. Épuisant. Jouissance, surtout.

*

L’histoire d’une résidence commence bien avant la première trace sur le blog, avant même sa première idée. Elle a sa source, à l’évidence, dans une rencontre avec un texte – c’est cette rencontre que vous venez de lire.

Mais la rencontre commence véritablement par celle avec l’auteur. La « vraie » rencontre, évidemment, celle qui va au-delà des rôles alloués à l’auteur et à son lecteur – selon les reflets de l’un et de l’autre dans le livre, libre à chacun d’y accorder place ou non.

Cette rencontre a eu lieu avec Anh Mat, tout comme elle a eu lieu avec André Rougier, et avec quelques autres. Elles n’ont sans doute rien à voir entre elles, mais chacune est bouleversante. Lorsqu’une résidence se met en place, j’en suis toujours ravie. Mais étrangement, alors qu’elle me permet assurément de donner libre cours à mon péché mignon, la curiosité, je n’en attends rien. Mon vrai plaisir est que l’invité profite de l’espace que je lui laisse pour le peupler à sa guise.

Et pourtant, ces deux fois, j’ai vécu mille découvertes, parfois minuscules, en boule de neige. Regard affiné sur l’art de l’invité ; mais tout autant sur sa personne – et sur la mienne. Le prisme s’enrichit.

Le portrait de la première rencontre avec André, par sa poésie, est fidèle, mais déjà légèrement infléchi. Non pas exactement parce que, aujourd’hui, je connais bien la personne. Mais parce qu’au fil de la résidence, comprenant mieux sa poésie, j’ai (enfin… ?) mieux compris sa personne.

*

Des éclats de couleurs dansants, en valse continue, intense, infinie, éternelle.

Un défi, une exigence folle, de ne pas démordre du désir,
de tous les désirs, de la vie pleine, entière, catastrophique, pitoyable.
Savoureuse.
Célébrée.
Sans discontinuer, célébrée,
présente,
au pari le plus fou
sur un cheval à bascule
où caracole « l’artiste en vieil homme »
sans lâcher la bride,
sans « rien lâcher ».

Et les fêlures (des brisures sans doute), bercées exorcisées, en grand cortège — la bigarrure,
en insoutenable fidélité.

Non pas la nuit sombre contre laquelle ils éclatent,
ni les feux d’artifice,
leur union.

Tout cela dans la « prunelle mystique » d’un vieil enfant,
d’un candide rusé
Albatros à peine, parfois, souvent ?
de s’adonner à la grâce
de tout péril, de toute chance.

*

Au-delà des rôles alloués à l’auteur et à son lecteur : cela n’est-il pas le cœur de la lecture ?
Alors, peut-être, tout le reste n’est-il « que littérature ».

Illustration : František Kupka, Printemps cosmique, 1913-1914.

 

Suivant
Précédent

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :

En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Plus d'informations

Ce site utilise des cookies. Poursuivre votre navigation sans changer vos paramètres ou cliquer sur "Accepter" ci-dessous revient à accepter leur utilisation sur ce site.

Fermer