Au milieu de la ville, et de préférence dans le quartier où l’on choisira alors de vivre, par nostalgie d’une enfance qui ne fut d’ailleurs pas champêtre, en face de deux barres d’immeubles, par tout temps pleurant les avanies des saisons passées en traînées noire de crasse dégoulinant de leur façade, les rangs serrés de quelques maisons basses, aux jardins échevelés, jouent des coudes et font sourire la grande ville. Mutin, un étroit passage dévale dix marches et jette par-dessus son épaule une guirlande de glycines, puis joue à la marelle avec ses pavés ronds irréguliers et rejoint huit pas plus loin une rue où l’on danse. Sa mine est si joyeuse que l’eau aussi s’en est mêlée, a fait sauter quelques soudures avec entrain et désormais répand dans la ruelle son rire de ruisseau. On ne sait plus qui de la ville ou de la campagne rend visite à sa voisine.

K.G.23 Wisteria Hanging Garden

Photo: K.G.23, Wisteria Hanging Garden, CC BY 2.0.

Suivant
Précédent

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :

En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Plus d'informations

Ce site utilise des cookies. Poursuivre votre navigation sans changer vos paramètres ou cliquer sur "Accepter" ci-dessous revient à accepter leur utilisation sur ce site.

Fermer