I

Si nous ne sommes que paroles
– et nos rêves, promises du vent, bientôt guenilles –
si nous ne sommes que paroles,
il faut trouver un souffle
pour au cri et au chant
tour à tour s’apparier,
un souffle assez puissant
pour qu’y bruissent nos voix
dans le plain du silence.

Suivant

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :

En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Plus d'informations

Ce site utilise des cookies. Poursuivre votre navigation sans changer vos paramètres ou cliquer sur "Accepter" ci-dessous revient à accepter leur utilisation sur ce site.

Fermer