Grégory Hosteins, Studio Nuit

Je ne suis sûr que d’une chose : le carreau sale derrière lequel je le vois, se tenir droit comme un i, laisse opaque et transparent le moindre accent de sa voix. Là-bas se récite quelque chose. Une vie, un poème. Du moins je vois ses lèvres qui bougent, sa gorge forcer à grands traits le passage douloureux que les mots empruntent quand il les formule (certains, dirait-on, pour la première fois, il tousse alors et porte ses mains à sa bouche mais son discours ne cesse pas : le visage dans les mains, il reprend, et s’il le faut plusieurs fois). (Grégory Hosteins, Répertoire)

Sylvain Dammertal, Le Chenil

Je me souviens qu’en arrivant au sommet de la colline une fois sous les arbres on ne voyait pas le chenil, mais qu’on sentait, oui, on sentait l’odeur des clebs à plein nez mêlée à celle des feuillages et de l’herbe de la forêt d’abord, et puis plus loin plus que l’odeur des clebs, des clebs tu disais comme tous ceux qui travaillaient au chenil ou pour le chenil. (Laurent Margantin, Le Chenil)

Acta est #5

Il n’y avait plus rien. Plus rien que lui, or lui-même s’effaçait, n’avait jamais aspiré qu’à cela, se couler dans l’effacement, être effacé par l’effacement. Dans l’obscurité parfaite et le complet silence, il n’avait plus qu’à laisser un repos absolu le gagner, monter en lui comme une vague, l’improbable vague reclose en mer d’huile, vague…

Acta est #4

L’horizon commençait à s’éclaircir. Il puisa de nouvelles forces dans un sommeil réparateur et, le lendemain, s’employa à émonder les montagnes et combler les gouffres. Son ouvrage touchait à sa fin. Ne restaient plus que le ciel et la terre – et il rit, puisque c’était énorme et cependant, minuscule. Ne s’entendait plus un soupir,…

Acta est #3

Il gomma d’abord quelques routes perdues dans la campagne, à peine des chemins, parfois, puis une ou deux maisonnettes et plusieurs zones industrielles écartées. Ses gestes étaient précautionneux, il s’appliquait. Il craignait des huées d’indignation, s’il agissait trop brusquement. Peut-être hésitait encore un peu, malgré tout. Après, ce furent des champs et des prairies, qu’il…

En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Plus d'informations

Ce site utilise des cookies. Poursuivre votre navigation sans changer vos paramètres ou cliquer sur "Accepter" ci-dessous revient à accepter leur utilisation sur ce site.

Fermer