gris

Au regard qui s’attarderait à distinguer formes et couleurs s’offre un paysage de banalité abstraite. Dégradé de gris : asphalte, piliers, rails (avec reflets) et traverses (mates), masse confuse, plus sombre, (reflets moins nets)

Lumière

C’est toujours encore le sage ordonnancement des objets les perpendiculaires et les parallèles, les normes calibrées, la régularité propre qui s’impose à l’œil, d’abord, qui s’impose à l’œil, quand même, malgré les légères imperfections, le mouvement qu’introduisent des décalages minimes, trop maigres, pour laisser franchement place au fortuit. Hasard bridé, prisonnier du cadre, contenu par…

En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Plus d'informations

Ce site utilise des cookies. Poursuivre votre navigation sans changer vos paramètres ou cliquer sur "Accepter" ci-dessous revient à accepter leur utilisation sur ce site.

Fermer