gris

Au regard qui s’attarderait à distinguer formes et couleurs s’offre un paysage de banalité abstraite. Dégradé de gris : asphalte, piliers, rails (avec reflets) et traverses (mates), masse confuse, plus sombre, (reflets moins nets)

Giovanni Merloni, Le portrait inconscient : Projection privée

L’écran invisible et immatériel n’est pas aux normes, soit dans les deux dimensions principales soit dans l’épaisseur. On dirait un vieux drap ou les vêtements usés d’un fantôme, traversés par un vent bizarre et tout à fait spontané. Cela peut rendre parfois floue l’image, ou faire ressortir à l’improviste des ombres ou des éclats de lumière. En échange de cette précarité de pionniers et de clandestins d’un cinéma tout à fait nouveau… surprise ! Merveille ! Je reçois jusque dans mes bras des scènes de vie qui me touchent directement… (Giovanni Merloni, Alphabet renversé)

En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Plus d'informations

Ce site utilise des cookies. Poursuivre votre navigation sans changer vos paramètres ou cliquer sur "Accepter" ci-dessous revient à accepter leur utilisation sur ce site.

Fermer