Continuellement déferle et se retire l’onde unie de variations, en assauts et glissades elle emporte et délaisse, d’un même mouvement jetée en allée de toute sa masse fluide qui murmure et rugit, salée brûlante de toute sa force sidérale frappe et devrait abattre, mais frappe se retire et revient,
rythme du grand dehors qui englobe et martèle au-delà de tout souffle, avant tout geste et tout regard, indifférent mais qui englobe et noue quelque secrète parenté au-dedans,
les échos se propagent, les courbes se cambrent et fractalent, quelque chose se perd et perpétue, 
sereine déferlante, inlassable
emporte s’éloigne et revient indifférente la vague
aqua-marine se forge l’alliance du rythme et du souffle, 
grand dehors dedans.

Illustration d’accueil: Francisco Infante , The Sea, 1983

Précédent

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :

En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Plus d'informations

Ce site utilise des cookies. Poursuivre votre navigation sans changer vos paramètres ou cliquer sur "Accepter" ci-dessous revient à accepter leur utilisation sur ce site.

Fermer